Renaissance et Manièrisme

Baroque et
Classicisme

Rococo et
Néo Classicisme
Romantisme De l'Impressionnisme
à l'art nouveau

Fauvisme, Expressionnisme, Cubisme, Dadaïsme, Surréalisme
et De Stijl
1900 à 1945

Le Fauvisme (1905-1920) Wassily Kandinsky (1866-1944) Le Futurisme (1909-1915) Le Dadaïsme (1916-1925) Le Surréalisme (1924-1945) De Stijl (1917-1928)

Cliquez sur les images pour accéder à une galerie de reproductions

Le Fauvisme (1905-1920)


Contrairement à se qu'on pourrait penser, les "fauves" cherchaient un équilibre paisible, une pureté de la ligne, un juste milieu entre quelques couleurs. Les "fauves" étaient convaincus que la forme et la couleur étaient en soi des éléments expressifs, indépendants de la représentation du réel, qu'il fallait mettre au premier plan dans l'approche artistique. 

Pour Matisse, le tableau est "organisme indépendant", dans lequel la nature ne peut pas être reproduite fidèlement. Il est donc un élément pictural propre. Il place les couleurs avec équilibre, en jouant sur les tons chauds et froids, et en donnant ainsi l'illusion de plans plus ou moins proches. Les lignes de visages sont épurées, et atteignent ainsi une portée distanciée du réel. Sa devise était "simplicité, pureté, calme".
Dans ce portrait, Matisse tente d'interpréter la complexité des pensées de sa femme dans le rendu de la peau et l'abstraction des arrières plans, c'est-à-dire le contexte, le réel. 

 

Haut de page
André Derain
Charring cross bridge
Madame Matisse
La raie verte
Henri Matisse (1905)
Statens Museum for kunst, Copenhague (Danemark)

L’Expressionnisme (1905-1919)


En Allemagne, quatre peintres, dont Heckel, fondent une communauté d'artistes d'avant garde. Ils produiront pendant 8 ans des toiles, qui sont la base de l'expressionnisme. Ils ont fait des toiles en commun, et ont au passage égratigné les idées reçues sur le bon sens artistique, les équilibres, les perspectives. Au cinéma, l'expressionnisme allemand de Murnau et Fritz Lang (Caligari, Nosferatu, Mabuse, les 3 lumières, Métropolis) fait beaucoup appel aux peintres de l'époque. Les lignes des décors sont brisées, contrastées, avec des erreurs volontaires de perspectives. 
La séparation entre réel et représentation est consommée. 



Haut de page
Les maisons rouges
Erich Heckel (1910)
Sprengel Museum, Hanovre


Wassily Kandinsky (1866-1944)


Il a écrit un livre, "Du spirituel dans l'art", où il explique que  l'objet nuit à ses oeuvres. Il place l'improvisation comme le fruit de l'influence directe de la nature extérieure. Ce théoricien de l'art a beaucoup écrit et réfléchi sur la fonction de l'art. Vers 1915, il quitte sa période s'approchant du fauvisme, pour un symbolisme abstrait. Né à Moscou, il a vécu en Allemagne, il est rentré à Moscou pendant la 1ère guerre mondiale, puis il est retourné en Allemagne, où il a donné des cours de peinture à l'école du Bauhaus de Weimar. Il s'est installé à Paris en 1933, où il est mort. 
Il est considéré comme le père de l'art abstrait, où son influence se fait encore ressentir. 
 
Ses "compositions" sont totalement dissociées du contexte naturel, et se basent sur la "structure intellectuelle pure". 


Haut de page
Composition 8
Wassily Kandinsky (1925)


Le Cubisme (1907-1925)


Pablo Picasso (1881-1973) est sûrement le peintre le plus célèbre du 20e siècle. Par sa grande diversité de création, il a fait beaucoup mûrir l'art moderne. Il a produit 15 000 peintures, 600 sculptures et des milliers de dessins, ce qui fait de lui un des plus productifs de toute l'histoire de l'art. 
A 20 ans, Pablo Ruiz choisit le nom de sa mère, Picasso, pour sa carrière. Fils de professeur de dessin, il était considéré comme enfant prodige, et réussit le concours d'entrée des Beaux Arts de Barcelone à 15 ans. Il s'installe à Paris à 23 ans, au "Bateau -Lavoir", à la butte Montmartre, et fréquente des artistes, habitant tous le même quartier. Il eut sa période Rose, puis Bleue, puis se consacra au Cubisme. 
Cette œuvre est son premier tableau cubiste. Il sort à peine de sa période bleue, qui lui a permis de vivre un peu plus confortablement. 
Le cubisme prend source dans les écrits et dernières œuvres de Paul Cézanne, le premier à faire une interprétation du monde selon des volumes élémentaires (cubes, sphères, pyramides).
Dès 1907, cette façon de représenter le monde est utilisée par Braque et Picasso, qui ne s'arrêteront pas seulement à décomposer des paysages, mais l'appliqueront également aux objets et à la personne humaine. Les cubistes ont aboli l'idée qu'il faut peindre des "matières nobles," et pensaient que n'importe quel objet pourrait être beau. Les Demoiselles d'Avignon de Picasso, peint en 1907 est considéré comme le premier tableau cubiste.
Le cubisme essaie d'atteindre l'essence des choses qu'il représente, par la juxtaposition de points de vue distincts dans la réalité, mais simultanés dans l'œuvre.
Bien plus tard, il peindra Guernica.
Georges Braque (1882-1963)
Georges Braque, un ami de la bande de Picasso, Fernand Léger et Mondrian, s'intéresse à la démarche analytique du cubisme. Il s'efforce de faire un cubisme "cohérent et logique", c'est-à-dire la décomposition et la recomposition systématique de l'objet, pour en faire un "organisme esthétique autonome". 
Ici, la fragmentation de l'objet en angles différents, et vu à des instants différents, se conjugue avec des contrastes tantôts durs tantôts doux, et semblent faire entendre la musique jouée. Braque a fait plusieurs portraits de personnes jouant d'un instrument, comme pour faire entrer la musique dans la peinture. 


Les demoiselles d'Avignon
Pablo Picasso (1907)
Museum of modern art, New-York
Femme tenant une mandoline
Georges Braque (1910)
Staatsgalerie moderner Kunst, Munich

Le Futurisme (1909-1915)


Le Futurisme est un mouvement littéraire et artistique du début du XXe siècle, qui rejette la tradition esthétique et exalte le monde moderne, en particulier la civilisation urbaine, les machines et la vitesse.
Le futurisme est certainement l'un des mouvements d'avant-garde qui a le plus choqué. Il prône en effet l'amour de la vitesse, de la violence, de la machine, le mépris de la femme, la guerre « comme seule hygiène du monde ».


La rue entre dans la maison
Umberto Boccioni (1911)
Spengel Museum, Hanovre

Le Dadaïsme (1916-1925)


Le dadaïsme, dit aussi dada est un mouvement intellectuel, littéraire et esthétique d'avant-garde qui, entre 1916 et 1925, se caractérisa par une remise en cause de toutes les conventions et contraintes idéologiques, artistiques, cinématographiques, politiques.
Il fut l'un des mouvements artistiques internationaux parmi les plus importants et peut être le plus novateur du XXe siècle.
Ce mouvement a mis en avant l'esprit d'enfance, le rejet de la raison et de la logique, l'extravagance, la dérision et l'humour. Ses artistes se voulaient irrespectueux, extravagants, avec un mépris total pour les vieilleries du passé et recherchaient la plus grande liberté de créativité pour laquelle ils utilisèrent tous les matériaux et formes disponibles. Ils cherchaient aussi cette liberté particulièrement dans le langage qu'ils aimaient lyrique et hétéroclite.
Marcel Duchamp est l'une des grandes figures du mouvement Dada.
En 1913, aux États-Unis, les nouvelles recherches européennes sont présentées lors de l’exposition Armory show à New York. Le Nu descendant un escalier y est présenté, il provoque l’hilarité et fait scandale. Dans cette œuvre, on dénote des tendances cubistes au futurisme de la « photo-dynamique ».
Il s’écarte de la peinture, vers 1913-1915, avec les premiers ready-made, objets « already made » (tout faits) qu’il choisit pour leur neutralité esthétique (Roue de bicyclette, 1913, Le porte bouteille, 1914). Fontaine, 1917/1964, est le plus célèbre de ses ready-made. Il y appose une signature, « Richard Mutt » et le titre Fontaine.

L'oeil cacodylate
Francis Picabia
Nu descendant l'escalier
Marcel Duchamp

Le Surréalisme (1924-1945)


Le surréalisme est un important mouvement de pensée de l'entre-deux-guerres issu du dadaïsme. Le point de départ est, en France, la publication par André Breton, en 1924, du Manifeste du surréalisme, qui donne sa cohérence à l'entreprise. Le mouvement souhaite que soit accordé à ses productions, d'abord littéraire puis plastiques, le statut d'expérimentation scientifique : tentative pour explorer en profondeur à la fois le monde (notamment sa réalité cachée) et la pensée (notamment l'inconscient), et pour donner de l'un et de l'autre une connaissance totale.

La guerre civile
Salvador Dali
Le faux miroir
René Magritte
L'espérance
Joan Miro

De Stijl (1917-1928)


De Stijl (prononcer dé stéyl, du néerlandais le style) est une revue d'art plastique et d'architecture, publiée de 1917 à 1928, sous l'impulsion de Piet Mondrian et de Theo van Doesburg. Par extension, De Stijl désigne tout un mouvement artistique, issu du néo-plasticisme et ayant profondément influencé l'architecture du XXe siècle (en particulier le Bauhaus, l'Avant-garde, le style international).
L'ambition de De Stijl a été de donner un sens nouveau aux arts en les rapprochant autour du désir de destruction du figuratif, et d'utilisation de couleurs et de formes pures.

Outre Van Doesburg et Mondrian, il faut citer V. Huszár, G. Severini, P. Oud, G. Rietveld, G. Vantongerloo et Jean Arp.


Composition en rouge jaune et bleu
Piet Mondrian