Le buveur d’encre

Eric Sanvoisin / Nathan demi-lune

 

 Le thème fantastique : le vampire

Le récit Une critique personnelle
Des éléments fantastiques Mise en réseau
D'autres thèmes Bas de page
 
Le récit :
Un garçon, fils de libraire, n’aime ni les livres ni la lecture. Coincé dans le magasin de son père, il passe son temps à surveiller les clients. Il observe un drôle de client à l’allure étrange qui se dirige les yeux fermés vers des livres et … boit l’encre des livres à la paille ! Le garçon décide de suivre ce personnage hors du commun. Il le surprend au fond d’un caveau, une conversation s’engage. Le garçon reprend ses esprits dans la librairie de son père. Il pense avoir rêvé mais… une paille traîne au fond de sa poche et il devient buveur d’encre !
Haut de page

Des éléments fantastiques :

  • Des traits classiques pour le stéréotype du vampire : teint gris, démarche anormale, vit dans un cimetière au fond d’un caveau, dans un cercueil, la passation du pouvoir qui n’est pas clairement indiquée dans le récit.
  • Univers d’outre tombe : toiles d’araignée, des bougies, oreiller de satin
  • Sentiment de peur : « J’étais cloué sur place par la peur »
  • Terminologie propre au monde du vampire : « dans les profondeurs de la terre »
  • Référence à Dracula puisque le garçon va se donner comme nom Draculivre…
  • Ecriture en « je »
Haut de page

D'autres thèmes :

  • Le rapport aux livres, on aime ou pas être dans un univers de livres
  • L’écriture des livres, les mots, les encres… Un bon livre ?
Haut de page

Une critique personnelle :

  • Il faudra, pour une bonne compréhension du récit, comparer le stéréotype du vampire et le personnage de vampire du récit décrit sous un trait original avec une thématique forte autour du livre :
    • Buveur d’encre / sort le jour / entrée du caveau en forme de bouteille d’encre / mur du caveau tapissé de livres (« étrange bibliothèque. Le garde manger du monstre… ») / un cercueil en forme de stylo plume / langue pointue comme un morceau de papier buvard.
    • Des jeux de mots, d’expression liés à la différence entre le stéréotype et le personnage de vampire décrit parfois difficile : « Mon sang s’est mis à bouillir »
    • Des jeux de mots simples : « les vampires aiment-ils les mouillettes ? »
    • Le registre de la narration entre humour et délivrance : « un vampire devenu allergique au sang »
  • Ellipse totale sur le passage de transformation de l’enfant
  • De nombreuses métaphores à expliciter « boire/avaler/savourer un livre… )
  • L’illustration donne à voir davantage que ce que dit le texte. Un travail pourrait être envisagé dans ce sens.
Haut de page

Mise en réseau :

  • Le coupeur de mots (et si on écrivait un livre en sélectionnant les genres grammaticaux utilisés ?
  • Même pas peur ! – Evelyne Reberg / Petit vampire va à l’école (pour l’univers du vampire)
Haut de page

Télécharger en PdF