Pour construire un album écho

Les dix règles d'équipement en syntaxe adaptée, mises en lumière à propos d’albums, s’appliquent totalement aux albums échos.
1) Notamment en début d’album, il faut partir des phrases de base naturelles des enfants :

Pn GV ( pronom, groupe verbal) Je tourne la pâte. Prif GN ( présentatif, groupe nominal ) Y’a Florian aussi. Pn GV Il épluche les légumes.
Pn GV Il verse du lait ... Prif GN Voilà Yves Pn GV Il les mets dans la cocotte minute.

Il faut donc éviter les déclaratives simples :

GN GV ( groupe nominal, groupe verbal) Le petit garçon épluche les légumes

 les inversions interrogatives :

Épluche t-il les légumes ?

Ou pire encore , les incises avec leur inversion spécifique :

"Veux - tu éplucher les légumes ?" dit la maîtresse.

2) Mais cette adaptation au système en construction de l’enfant n’est pas démagogique, elle est faite pour atteindre plus efficacement des objectifs clairement définis dans la programmation :
- diversification des pronoms : JE, ...
- élaboration du système des temps : PRÉSENT, ..., IMPARFAIT...
- et surtout complexification, en particulier : PARCE QUE,
QUE / INFINITIF, POUR QUE / POUR INFINITIF, QUAND / GÉRONDIF ...
Un exemple inspiré d’un album écho :

Prif GN C’est le matin. Pn GV On arrive à l’école. Pn GV + Pn GV Il faut mettre ses chaussons quand on arrive à l’école.
PRif GN Là, c’est Jean Philippe. Pn GV Il a retiré ses chaussures. Pn GV + Pn GV Il s’est assis par terre pour enfiler ses chaussons.
PRif GN Voilà Émilie. Pn GV Elle est mal réveillée. Pn GV + Pn GV Elle ...

3) La règle primordiale à appliquer pour les albums échos comme pour les albums en syntaxe adaptée est toujours :
Après une complexité, il faut un pronom :

Elle fait un bisou à Alexandre parce que c’est son anniversaire. Je frotte le savon pour que ça mousse.
Quand je pousse avec les mains, la carton recule. C’était dur de grimper sur le tapis parce qu’il glissait.

4) ... même s'il faut  accepter quelques détachements :

On ne risque rien parce qu’il nous attrape avec sa perche, le maître nageur. Aurélien, il ne savait plus où elle était, sa cabine. Quand on a allumé les journaux , il s’est transformé en torche, Monsieur Carnaval.

5) En revanche, il n’est pas nécessaire d'en mettre partout . On peut ainsi décider de les réserver aux seuls cas où ils facilitent un enchâssement. On acceptera donc aussi quelques déclaratives simples, dans le cas suivant : quand le sujet est un nom propre, il semble avoir dans la grammaire naturelle de l'enfant un statut intermédiaire entre le pronom et le groupe nominal.

Orphée (il) avait du mal a tourner la pâte parce qu’elle était très épaisse, la pâte. Florian (il) a versé un peu de lait pour que ce soit plus facile.

6) Si on souhaite éliminer totalement les détachements, il faut réussir à poser le GN sujet détaché en position complément dans une phrase précédente, ce qui devient plus difficile quand il y a deux détachements dans la même phrase :

Voilà Aurélien. C’était l’heure de partir.
Il fallait qu’il retrouve sa cabine. Il ne savait plus où elle était.
Y a un maître nageur qui nous surveille. On ne risque rien parce qu’il nous attrape avec sa perche.
On fait la ronde autour de Monsieur Carnaval. Quand on a allumé les journaux, il s’est transformé en torche.

7) Cependant, un bon texte d’albums échos doit être ACCEPTABLE mais pas trop ! ! On peut décider de laisser volontairement un certain nombre de détachements pour faire corps avec la syntaxe de l’oral de l’enfant, syntaxe à partir de laquelle il devient capable de construire son langage. Il est évident que cette remarque ouvre sur un débat de fond, à propos de l’oral et de l’écrit.

8) Des références aux photos, des exclamations, des questions ici et là... peuvent rendre le texte d’un album écho plus VARIÉ et VIVANT.

Là, c’est Jean Philippe . Il a retiré ses chaussures. Il s’est assis par terre POUR enfilER ses chaussons. Est-ce que c’est le bon pied ? Oui ! C’est ça ! C’est bien ! Tiens, voilà le petit train !

 

Où est-ce qu’ils vont, les enfants ? Ils vont faire pipi. Après, ils se laveront les mains POUR allER goûter. Où il est, ce garçon ? Est-ce qu'il est sur une autre planète ?
Il est dans la salle de gymnastique de l'école. Pourquoi il court comme ça ? Est-ce qu'un loup essaie de l'attraper ? Eh bien non ! Il est tout simplement en train de prendre son élan POUR arrivER à toute vitesse à la montagne de tapis POUR faiRE une magnifique roulade.

Cependant exclamations, questions, peuvent, si on en abuse, compliquer considérablement le travail de restitution des enfants.

9) Les questions peuvent, ici aussi, aider à l’insertion de complexités difficiles, notamment les relatives en QUE et OÙ.

Les relatives en QUE et OÙ de façon progressive :

Tiens, voilà Nathalie ! Qu’est-ce QU’elle a ramassé au fond de la piscine ? Une pièce de dix francs ! Elle appelle Hervé, le maître nageur. Elle lui donne la pièce QU’elle a ramassée au fond de la piscine.
est-ce qu’elle a trouvé cette pièce ? elle a trouvé cette pièce ? Hervé lui demande OÙ elle a trouvé cette pièce. Elle l’emmène au fond de la piscine. Elle lui montre l’endroit OÙ elle a trouvé la pièce.

10) Une relecture finale doit vérifier que tout ce qui est proposé -pas toujours académique- est bien naturel, c’est à dire conforme à l’oral enfantin en construction.