Les paysans au Moyen Age

 

Les paysans (appelés aussi vilains ou manants) constituent 90% de la société au Moyen-Âge. Au Moyen-Âge, les paysans étaient très pauvres. Ils vivaient à la campagne et dans les fermes.
Les plus pauvres n'étaient pas libres de faire ce qu'ils voulaient, ils appartenaient au seigneur du château qui pouvait les vendre ou les donner à qui bon lui semblait : ce sont les serfs.

Le seigneur est propriétaire de la seigneurie.

La seigneurie comprend deux parties:

En échange les paysans doivent des droits au seigneur :

Les paysans ont une vie quotidienne très dure. Le travail des champs est pénible.

On cultive les céréales (le blé, seigle, avoine) et on vit de la cueillette dans les forêts. Les travaux de la ferme comportaient : l'élevage, l'agriculture, le ramassage du foin, l'entretien des outils et la collecte du miel.

L'exitence est monotone et en cas de forte pluies ou de grêle, on manque de nourriture. Pour survivre, certains se livraient au braconnage, c'est à dire qu'ils volaient le gibier sur les terres du seigneurs. Faute d'engrais le sol doit être laissé en jachère (en repos sans qu'on le cultive).