Les marchands

 

Au début du XI ème siècle, plus des trois quarts de la population vit dans les villages. Dans les villes, les quelques marchands sont très rapidement sollicités par les souverains, les évêques, l'aristocratie, pour le commerce de biens et de marchandises diverses.

Leur rôle consiste d'une part à aller chercher puis à transporter souvent par voie d'eau et aussi par voie de terre, les marchandises produites ailleurs que dans les villes : vêtements, étoffes de luxe, objets rares, mobiliers, épices, pierres précieuses et or, vin ou huile, fer et autres métaux.

PPour devenir marchand, il faut être courageux, pour affronter les mers de l'Europe du Nord et du Sud et les fleuves sauvages, pour affronter les peuples étrangers. Vient ensuite la connaissance des coutumes commerciales, du droit commercial des lieux visités, la pratique des langues étrangères (le latin et le français), se tenir sur ses gardes et une bourse bien remplie pour les prêts.

Le marchand prête aussi de l'argent contre intérêt, les « les banquiers ».

Au début du XIV ème siècle, les produits alimentaires font l'objet, d'un actif commerce international notamment le blé et le vin, favorisant la multiplication des marchés et des foires. Le sel, indispensable à la conservation des poissons et des viandes est très largement demandé. Les fruits secs de Méditerranée et les épices d'Orient aussi. Les fourrures très recherchées ainsi que la laine et le bois sont acheminées aussi par le marchand. Il importe et exporte les colorants textiles comme la pastel de Lauragais ou la garance ainsi que les fibres textiles comme le chanvre ou le lin.

Les commerçants devinrent rapidement plus riches que les artisans.

 

Grâce à cet essor, naissent dans les grandes villes des quartiers nouveaux, « les bourgs » et les faubourgs, « les bourgeois », situés près du port ou du marché. Dans les ruelles étroites de la ville, on vend les armes, du vin, de la bière, des bijoux... Les activités présentant un risque d'incendie ou dégageant de fortes odeurs étaient cantonnées à l'extérieur de la ville ou à la périphérie des zones habitées.

 

 

Les techniques des marchands

 

A l'origine, les marchands accompagnent leurs marchandises jusqu'au lieu de vente, le marché. Par la suite, certains d'entre eux, les plus riches, devinrent sédentaires, les « hommes d'affaires ». Ils durent alors utiliser un réseau de correspondants et de commis (facteurs) établis au loin. Les autres, les « colporteurs », continuent d'aller de ville en ville pour y vendre des objets de faible valeur ou ont pignon sur rue, les « boutiquiers » (tavernier, drapiers, etc...).